Why Double Espresso?

Last July 2016 I decided that it was time for me to tackle something new through which express myself . I made a list of my hobbies and i...

Tuesday, 29 November 2016

Caroline: revealing and mapping your inner world



Caroline - 32 years old - Belgian

[EN] [FRENCH BELOW]

Visual storyteller and inspirational speaker at Visual Story Mapping
Co-founder and owner at Travel Storytelling Festival
Creator of the website Dreams Are Picturing The World
Author of the uncommon guidebook  Bruxelles l’essentiel
dreamer


During winter 2015-2016, Caroline spent three months in Bali in order to meet young entrepreneurs and storytellers and to try to create her own business.

Every person she met inspired her to work on her purpose in life and to help people achieving their goals. So, she started noting everything down and collecting fragments of people's lives.
While doing this, she find out that she was comfortable with an unusual technique: when listening to people's stories, to their experiences and projects, she drew a map using a mind mapping system. In every session, she gave shape to their feelings, ideas, dreams and thoughts. 

Visual Story Mapping was born. 



1) Bali was a transformative journey for you. What is the main difference between the Caroline before this experience and the one after the three months spent in Indonesia?

I have always had two images in my mind that I associated to Balithe one of freedom – a road, a scooter and the wind in my hair – and the other one connected to business, as I have heard several times that Bali was the “Silicon Valley of Asia”. I decided to move in order to meditate on my life - particularly to find an answer to the question “Who am I?” – and to enjoy a new environment made of nice meetings through which I was able to nourish my soul
Before Indonesia my distinguishing feature implied a Cartesian spirit, but, once there for the first time I met my spiritual side. I was sick, so I learnt to listen to my body and to my needs (for example I changed my eating habits) and I finally understood that I am not a super heroine. 
All this led me to pay more attention and to be less critical (for example by judging less).




2) Visual story mapping: you summarize people’s ideas, you boost their creativity, you help them organizing personal and professional life. You strongly believe in people’s potential. Did someone believe in YOUR potential? How to explain all this resourcefulness and joy of life? 

In general, I am fearless. So, as I don’t fear anything, I have always had a lot of self-confidence.  Since my childhood, the most important strength in my life was represented by the act of believing in myself, but also the role played by my brother had a relevant impact on my life, I can say that he shaped my character.
Here is a funny anecdote concerning my personality: when I was a teenager I decided that once reached the age of 17, nobody in my life could have told me again what to do!
Since I was a child I have always been creative and I tried several things, but I have always been fond of photography. Once obtained my dream job after my studies in the field of Law, this desire to express myself emerged again and it led me to start new projects. 


3) A confident, a therapist, a coach, a guide. 
Can you imagine your life without interaction with people? Sometimes, do you feel like having too much responsibilities?

I decided to dedicate my life to exchanges: on the one hand I am an open book and my aim is to inspire, but, on the other hand, I am influenced by other people and I am nourished by them. It is a give-and-take relationship. I really want to wake up the magic that lies in each of us. Concerning the responsibility, it is true that sometimes I feel like having the weight of the world on my shoulders, but it is something wanted: be there for others represents my nature. However, I run out of energy quickly and I often need new projects or activities.





4) What do you mean when you say “everyone has every single answer inside of her/him. They just need to respect their own rhythm”?

By working in contact with people, I have often noticed that the most common problem is represented by a lack of self-confidence. People are not used to asking questions to themselves (for example “Who am I?”), because they have been always accustomed to receiving answers through other people and thinking that, for an interior evolution, a constant presence of another person in our life is required. All this instead of a process of introspection. Concerning the rhythm, each person will find the time to face his/her own potential.

5) The main purpose of Travel Story Festival is to inspire people to get out of their comfort zone. Did you personally felt the necessity to do something for yourself in order to improve your life? Was traveling a solution? 

Yes. Always. For example, now, I would like to move and to leave Brussels. I have been always attracted by adventure and freedom and I don’t absolutely want to be detained by something. However, I want to clarify that I am not escaping from something: for me travelling represents a way of being confronted with who I am and an opportunity to escape the routine out of our comfort zone.


Yestival 2016 - Sussex, England
Visual Story Mapping Workshop in Amsterdam

 
6) You describe yourself as a hedonist and as an epicurean. The difference is slight: pleasure is not only absence of pain and there are several ways through which it can be satisfied (for example by knowledge, positive relationships, living a virtuous life, and so on). What are your values an how do you live your everyday life? 

We must take advantage of life, of the present. I am optimistic by nature and, if I have to list my values, then I would start with the inspiration, followed by meetings and exchanges, by the act of being true and honest and of having empathy. It is also a matter of finding a balance between the little pleasures of life and big dreams.



---
Visual storyteller et inspirational speaker auprès de Visual Story Mapping.
Co-fondatrice et propriétaire de Travel Storytelling Festival.
Créatrice du site web Dreams Are Picturing The World.
Autrice de l’inusuel guide  Bruxelles l’essentiel.
Une rêveuse.

Pendant l’hiver 2015-2016, Caroline a vécu trois mois à Bali afin de rencontrer des jeunes entrepreneurs et des storyteller et pour tenter de créer son propre business.
Chaque personne rencontrée a influencé et inspiré sa conception d’objectif de vie et l’a emmenée à vouloir aider les gens à atteindre leurs buts.
Elle a donc commencé à tout noter et à recueillir des fragments de vie.
Pendant qu’elle faisait ça, Caroline a découvert qu’elle était à l’aise avec un système de prise de notes particulier : en écoutant les histoires, les expériences et les projets des gens qu’elle rencontrait, elle dessinait des cartographies en utilisant un système de cartographies mentales. Lors de chaque rencontre, elle donnait forme  à leurs sentiments, idées, rêves et pensées.
Visual Story Mapping est né.

1) Bali s’est révélé être un voyage qui a changé ta vie. Quelle est la plus grande différence entre la Caroline avant le départ et celle après les trois mois passés en Indonésie ?

Tout d’abord, dans ma tête il y avait deux images que j’associais à Bali : celle de la liberté – une route, un scooter et les cheveux dans le vent – et celle liée aux affaires, car j’avais entendu dire à plusieurs reprises qu’il s’agissait de la « Silicon Valley asiatique ». 
Poussée par la nécessité de réfléchir sur des thématiques liées à ma personne – comme par exemple trouver une réponse à la question « qui suis-je ? » - j’ai décidé de partir et de profiter de l’environnement pour faire des rencontres intéressantes et, en conséquence, nourrir mon âme. Si avant je me distinguais pour mon esprit cartésien, en Indonésie je suis allée à la rencontre de mon côté spirituel : étant tombée malade, j’ai appris à écouter mon corps et mes exigences (par exemple j’ai changé mes habitudes alimentaires) et j’ai finalement compris que je ne suis pas une super héroïne. Tout ça m’a emmené à prêter plus d’attention et à être moins critique (par exemple en jugeant moins).

2) Visual story mapping : tu recueilles les idées des gens, tu boostes leur créativité, tu les aides à organiser leur vie privée et professionnelle. Tu crois fermement au potentiel de chacun. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a cru en TOI et en TON potentiel? Comment expliquer toute cette ingéniosité et joie de vivre ?

En général, je doute peu et je n’ai peur de rien, donc c’est pour cette raison que j’ai beaucoup de confiance en moi. Dès mon enfance, croire en moi c’était ma plus grande force, mais aussi le rôle joué par mon grand frère a eu un impact dans ma vie, je peux dire qu’il a forgé mon caractère. Voilà une anecdote sympa concernant ma personnalité : adolescente, j’avais décidé que, une fois atteint l’âge de 17 ans, plus personne dans ma vie aurait pu me dire quoi faire ! Étant une fille très créative, j’ai expérimenté différentes choses et j’ai toujours cultivé un intérêt pour la photographie. Une fois obtenu mon job de rêves suite à mes études en Droit, cette envie de m’exprimer s’est à nouveau présentée et m’a amenée à me lancer dans un nouveau parcours.

3) Confiante, thérapeute, guide.
Pourrais-tu imaginer ta vie sans l’interaction avec les gens ? Parfois, ne te semble-t-il d’avoir trop de responsabilités ? 

J’ai décidé de dédier ma vie aux échanges : d’un côté je suis un livre ouvert et mon but est celui d’inspirer, mais, de l’autre côté, moi aussi je me laisse beaucoup influencer…Je suis nourrie par les autres. Il s’agit, donc, d’un rapport donnant-donnant. Je voudrais vraiment réveiller la magie qui sommeille en chacun d’entre nous. Concernant la responsabilité, c’est vrais que j’ai beaucoup de poids sur mes épaules, mais c’est voulu : être là pour les autres représente ma nature. Par contre, mon énergie s’épuise rapidement et j’ai souvent besoin de nouveaux projets ou activités

4) Que veux-tu dire avec la phrase « tout le monde possède chaque réponse en soi-même. Il faut juste qu’il/elle respecte son propre rythme » ?

En travaillant en contact avec les gens, j’ai souvent remarqué que le souci à l’heure actuelle implique un manque de confiance en soi.
Les gens n’ont pas l’habitude de se poser des questions (genre « Qui suis-je ? »), car ils ont toujours été habitués à recevoir les réponses à travers les autres et à penser qu’il faut toujours avoir quelqu’un à côté afin de pouvoir évoluer.
Tout ça au lieu de faire un travail d’introspection.
Concernant le rythme, chaque personne trouvera le moment pour faire face à son propre potentiel.

5) L’objectif principal de Travel Story Festival consiste à inspirer les gens afin qu’ils puissent sortir de leur zone de confort. Est-ce que tu as jamais eu besoin de faire quelque chose pour toi-même afin d’améliorer ta vie ? Le fait de voyager, a-t-il été une solution ?

Oui. Tout le temps. Là par exemple j’aurais envie de partir et de quitter Bruxelles. J’ai toujours été attirée par l’aventure et la liberté et je n’ai surtout pas envie d’être retenue par quelque chose. Cependant, je tiens à préciser que mes déplacements ne sont pas à confondre avec des fuites : pour moi voyager constitue une manière d’être confrontés à ce qu’on est, une opportunité de se débrouiller hors de la routine et de notre zone de confort.

6) Tu décris toi-même comme une hédoniste et une épicurienne. La différence est légère : le plaisir n’implique pas seulement l’absence de douleur et il y a aussi des façons différentes de le satisfaire (par exemple avec la connaissance, les relations positives, le fait de vivre une vie vertueuse, etc). Quels sont tes valeurs et comment vis-tu ta quotidienneté ?

Il faut profiter de la vie, du jour qui vient. Je suis optimiste par nature et, si je dois lister mes valeurs, alors je commencerais avec l’inspiration, suivie par les rencontres et les échanges, le fait d’être vraie et honnête et d’avoir de l’empathie. Il s’agit, aussi, de trouver un équilibre entre les petits plaisirs de la vie et les grands rêves. 


No comments:

Post a Comment